Les formations et filières spécialisées

image
Publicité, tourisme, comptabilité, immobilier, environnement, architecture, travail social… Si ces secteurs vous tentent, voici un rapide aperçu des formations qui vous sont accessibles.
 

Les écoles d’architecture
 
20 écoles d’architecture publiques, dépendant du ministère de la Culture, recrutent les bacheliers sur dossier, entretien ou épreuve. Les bacheliers S sont les plus représentés dans ces établissements.
LMD oblige, le cursus de ces écoles a été rénové : elles délivrent désormais le diplôme d’études en architecture (après 3 ans, licence) et le diplôme d’Etat d’architecte (après 5 ans d’études, master). Pour être architecte à votre propre compte, il faut un an de formation supplémentaire, sanctionné par la capacité à exercer la maîtrise d’œuvre : l’habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre.

> Pour en savoir plus :www.archi.fr
 
           
Les écoles d’art et de design

Artiste dans l’âme, pourquoi ne pas s’orienter vers une formation de design ou d’arts appliqués ? Ce choix doit répondre à une véritable vocation, mais sachez qu’une pluralité de carrières existe. En effet, la création et la conception peuvent s’appliquer à différents supports comme le graphisme mais également l’espace (les espaces verts, l’habitat), le cinéma d’animation, le textile…

 
Le journalisme et la communication

Pour travailler dans la publicité ou la communication, il est préférable de poursuivre jusqu’en licence car un seul BTS ne vous sera pas toujours profitable. La licence professionnelle vous permettra d’entrer directement dans le monde du travail tandis que la licence vous ouvrira les portes d’un master professionnel au sein d’une université ou d’une école spécialisée.
Si vous avez l’âme d’un journaliste, aucun diplôme n’est obligatoire même si sortir d’une école reconnue par la profession vous sera forcément bénéfique. 14 écoles sont reconnues par la convention collective des journalistes. A défaut, l’obtention d’un master est quasi vitale mais veillez à armer votre CV par la tenue d’un blog ou d’une première expérience de pigiste.
 
 
Les formations paramédicales

Si vous voulez travailler dans le milieu médical mais que l’entrée en fac de médecine vous décourage, tournez-vous vers les formations paramédicales. Les épreuves d’entrée aux IFSI (Instituts de Formation aux Soins Infirmiers) consistent en une dissertation sur un sujet médico-social et une série des tests.
Débouchés: Ces études préparent aussi à être auxiliaire de puériculture, masseur-kinésithérapeute manipulateur en électroradiologie médicale, psychomotricien, ergothérapeute, pédicure-podologue.
À noter : La France manque d’infirmiers. Les quotas du nombre d’élèves en 1ère année ont largement augmenté ces dernières années. Toutes les places ne sont pas pourvues.
> Pour en savoir plus : www.sante.gouv.fr
 
Travail social: une vocation

Assistant(e) social(e), éducateur de jeunes enfants, éducateur spécialisé… si ces métiers vous tentent, n’hésitez pas à rejoindre une école spécialisée en travail social (vous délivrant un diplôme d’Etat), un BTS économie sociale ou encore un DUT carrières sociales qui constituent de solides préparations. Cependant, prenez conscience que la maturité et la motivation du candidat sont les éléments déterminants, de même qu’une certaine expérience… La demande ne cesse de croître.

> Pour en savoir plus : www.social.gouv.fr.

 
Le cinéma et l’audiovisuel

Si les écoles spécialisées en cinéma et en audiovisuel sont de plus en plus nombreuses, elles ne se valent pas toutes, bien au contraire. Prenez le temps de vous renseigner sur celles que vous visez, en vous rendant aux JPO, par exemple, pour ne pas faire votre choix à la légère.
D’excellents cursus existent cependant, tout spécialement pour la partie technique : gestion du son, de l’image, de l’éclairage, etc.
 
 
Devenir expert-comptable

A l’aise avec les chiffres, les bacheliers S ont tout à fait leur place dans les cursus menant au Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG). Cette formation offrira un niveau Bac +3 et vous fournira de bonnes bases en droit des affaires, en finance d’entreprise, en fiscalité ou encore en contrôle de gestion. Vous aurez ensuite la possibilité d’intégrer le monde du travail ou de poursuivre vers un DSCG (Bac +5) puis un DEC (Bac +8).