Les écoles d’ingénieurs : se spécialiser tôt

image
Devenir ingénieur, c’est la promesse d’une très belle carrière et d’une insertion professionnelle réussie à coup sûr. Destinées à des profils scientifiques, ces établissements fournissent des compétences techniques pointues en 5 ans (écoles post-Bac) ou en 3 ans (écoles post-Bac +2). Renseignez-vous en amont sur les cursus de chaque établissement pour opérer le choix qui vous conviendra le mieux.
 

Comment choisir sa spécialisation ?

Il vous revient de déterminer au plus tôt votre domaine de spécialisation.
Pensez tout d’abord à la manière dont vous envisagez votre carrière future. Un manager ou chef de projet privilégiera un parcours généraliste. Au contraire, une école spécialisée vous conviendra mieux si vous désirez faire d’un secteur particulier votre domaine d’expertise. Sachez choisir votre prépa et les options de spécialisation qui vous seront proposées, en fonction de vos projets.
Soyez également attentifs aux évolutions du marché du travail, aux secteurs qui recrutent et, à l’inverse, à ceux qui sont sur le déclin. Le domaine de l’ingénierie est vaste et varié, une chance pour vous !

 
Les écoles post-Bac et les écoles post-prépa

Comme leurs noms l’indiquent, les unes sont accessibles directement après l’obtention de votre Bac, les autres après un cursus mené jusqu’à Bac +2 (prépas mais également BTS, DUT, licences…).
Les écoles post-Bac sauront séduire les lycéens ayant déjà un projet défini et ne souhaitant pas prendre 2 années pour s’assurer de leur orientation. Ils trouveront cependant un rythme sensiblement similaire à celui des prépas, les écoles post-Bac possédant généralement leurs propres prépas intégrées,  précédent un cycle ingénieur de 3 ans.
Les écoles post-prépa, parmi lesquelles figurent les plus prestigieux établissements de France, recruteront principalement des étudiants issus de prépas par le biais de concours.


Quels concours passer ?

Afin de favoriser les économies de temps, d’énergie et d’argent, les différentes écoles d’ingénieurs se réunissent en banques d’épreuves et de concours communs. Cela permet aux candidats de postuler, de fait, dans une pluralité d’écoles par le biais d’une seule série d’exercices. Certains concours  distincts mutualisent même certaines épreuves.
Ces concours s’adressent généralement à une ou des filières spécifiques. C’est pourquoi il est impératif d’avoir connaissance des programmes proposés par les écoles avant de déterminer ses orientations au sein de sa prépa scientifique.

 
Les labels, gage de qualité

La CTI : Le titre d’ingénieurs ne peut être délivré que par les écoles, privées comme publiques, habilitées par la Commission des Titres d’Ingénieurs. Cette institut évalue périodiquement les écoles et, après examen du projet pédagogique, de l’encadrement et des moyens de chacune, qui délivre une habilitation valable en général 6 ans.
Label européen EUR-ACE est attribué par les agences d’accréditation nationales qui représentent l’association ENAEE (European Network for Accreditation of Engeneering Education). Il confère une preuve de la qualité des enseignements d’une école et l’ouvre plus à l’international.
> Obtenez plus d’informations sur : www.cti-commission.fr.
Le label QUESTE est aux écoles d’ingénieurs ce que le label EQUIS est aux écoles de commerce : une accréditation européenne de qualité. Attribué ou non après un audit, il atteste de l’excellence d’un département de l’établissement évalué, et non de l’école entière.


Une formation en alternance

Confronter la théorie et la pratique lors votre apprentissage est permis par l’alternance. Comme son nom l’indique, vous réalisez votre cursus académique en partie à l’école, en partie dans une entreprise d’accueil où vous sont confiées des missions. De plus en plus d’établissements proposent de réaliser leurs programmes par le biais de l’alternance, nouant de solides partenariats avec de prestigieuses entreprises. Ce système de professionnalisation des cursus semble ravir élèves et professionnels. Veillez donc à ce que l’école que vous vous apprêtez à intégrer propose cette solution dans ses formations.
Prenez également soin de vérifier les conditions dans lesquelles cette alternance est permise. Certaines écoles permettent la prise en charge des frais d’inscription, totale ou en partie, par l’entreprise d’accueil. Prenez conscience également que cette dernière nécessite un investissement personnel important. Vous suivez le même programme qu’une formation classique, mais en moins de temps.

 
Les secteurs porteurs

La crise n’avait pas tellement affectée l’insertion professionnelle des jeunes diplômés ingénieurs au cours de ces dernières années, bien que cette dernière ait été ralentie lors de 2008 et de 2009. Les promotions de ces dernières années ont, quant à elles, connu beaucoup moins de difficultés pour s’insérer sur le marché de l’emploi.
Parmi les secteurs sûrs, l’informatique et les télécoms fournissent de sérieuses garanties quant aux perspectives d’embauche. Le « Big Data » (le traitement des « masses de données ») ou encore les énergies renouvelables sont des domaines en pleine expansion et dont les perspectives professionnelles sont, à ce jour, très prometteuses.