Nesim Fintz, directeur général de l’école d’ingénieurs EISTI : « L’EISTI, c’est l’école de tous les possibles ! »

Guid'Formation | 02.12.2015 à 09h52 Mis à jour le 22.03.2016 à 16h42
image

Accréditée par la Commission des Titres d’Ingénieurs, l’EISTI est une école d’ingénieurs dont les enseignements sont principalement articulés autour des mathématiques et de l’informatique.
Cursus à intégrer après le Bac par le concours « Avenir + » (une classe préparatoire intégrée à suivre durant deux ans), ou bien après deux ans d’études pour le parcours classique, elle figure au rang des meilleures écoles « d’ingés » spécialisées de France. Avec des campus à Pau et Cergy, elle bénéficie d’un fort réseau national mais son aura s’exporte aussi à l’étranger, par le biais de nombreux double-diplômes.
Entretien avec le Directeur Général de l’école, Nesim FINTZ.
 
 

Guid’Formation : Quelles sont les spécificités de l’EISTI ?

 
Nesim FINTZ : L’EISTI, c’est « l’école de tous les possibles ». C’est l’école d’ingénieurs qui propose notamment le plus de doubles diplômes en France.
 
L’objectif est de décrocher, outre le diplôme d’ingénieur de l’EISTI, celui d’un second établissement pour acquérir une double compétence. Nous avons un accord avec l’Université Paris-Dauphine pour plusieurs doubles diplômes, ainsi qu’avec Grenoble École de Management.
 
Les élèves peuvent acquérir le diplôme Grande École de cette dernière en un an, entre la 2e et la 3e année de la formation d’ingénieur et revenir à l’EISTI pour obtenir leur diplôme d’ingénieur à la fin de la 3e année.
 
Nous avons aussi un accord avec l’ESSEC qui permet à nos étudiants d’être admissibles à la fin de leur parcours et de ne passer que l’oral du concours. Par exemple, l’an dernier, sur 9 candidats, 8 ont été admis !
 
Avec ces partenariats, nous offrons donc la possibilité de compléter la formation d’ingénieur par des cursus spécialisés en management, en mathématiques, en finance et dans certaines spécialités informatiques.
 
Au total, sur 230 étudiants l’an dernier, nous en avions 90 en double diplôme (en France ou à l’international) et cette année, ils sont 120.
 

Guid’Formation : Vous misez aussi beaucoup sur l’international, n’est-ce pas ? Quels sont les pays les plus demandés par les étudiants ?

 
N. F. : Nous avons effectivement 50 partenaires internationaux. Les pays où nos étudiants sont partis nombreux l’an dernier sont le Japon, les Etats-Unis (Chicago), la Grande Bretagne et le Canada.
 

Guid’Formation : Quelles sont vos spécificités pédagogiques ?

 
N.F. : Nous sommes à l’écoute des entreprises. Nos étudiants font d’ailleurs de 54 à 60 semaines de stages au cours de leur cursus. Des contrats de professionnalisation sont aussi possibles au niveau de la 3e année.
 
Par ailleurs, nous avons une organisation pédagogique par projet dès la 1ère année de l’école d’ingénieurs pour toutes les matières, mais aussi des projets interdisciplinaires.
 
Enfin, 95% de nos cours sont visibles sur notre plateforme d’école virtuelle où les élèves ont accès avant d’aller en classe, afin de pouvoir poser des questions et nous développons les SPOC. Cette plateforme existe depuis longtemps, notamment pour garantir un référentiel commun entre nos deux campus de Cergy et Pau.
 

Guid’Formation : Quels sont les éléments qui attirent le plus vos candidats, notamment les jeunes bacheliers S ?

 
N. F. : C’est la grande variété de possibilités à la sortie grâce à la dizaine d’options qui s’offrent à nos élèves en spécialisation de fin de parcours, comme l’ingénierie financière ou la « data science ».
 
Ces options sont régulièrement mises à jour par rapport aux évolutions des entreprises et garantissent l’entrée sur le marché du travail : 96 % de nos jeunes diplômés sont en poste au moment de la remise du diplôme.
Nos partenariats avec les autres établissements, y compris à l’international, sont aussi des facteurs d’attractivité.
 

Guid’Formation : Quel est l’avantage de votre prépa EISTI ?

 
N. F. : Environ 50 % des étudiants en prépa EISTI (modèle de la prépa intégrée) réussissent le concours « Avenir » pour intégrer l’école, tandis que 40 % viennent d’une prépa classique (via le concours CCP que passent de très nombreux candidats) et 10 % d’un Bac +2/3 (BTS, DUT, Licence…).
Par ailleurs, la Prépa EISTI permet d’intégrer l’école par le contrôle continu.
 
 
Propos recueillis par Nathalia Kapferer