Morgan Saveuse, Directeur des Etudes d'exia.CESI

Guid'Formation | 12.01.2016 à 18h17 Mis à jour le 22.03.2016 à 16h39
image

Morgan SAVEUSE, Directeur des Etudes d'exia.CESI : « Nos étudiants deviennent en majorité ingénieurs Systèmes & Réseaux ou Développement ».

Avec l’ei.CESI, l’exia.CESI représente l’école d’ingénieur du groupe CESI. Cette école spécialisée dans informatique compte 1 212 étudiants. Elle propose un cycle préparatoire après le bac et un cycle d’ingénieur post Bac+2 en 3 ans. L’exia.CESI est n°5 du classement Eduniversal des meilleurs Licences, Bachelors et Grandes Ecoles spécialisées en informatique post-bac.

Guid’Formation : Comment votre école du groupe CESI s’organise-t-elle ?
Morgan SAVEUSE : L’exia.CESI forme en 5 ans des ingénieurs spécialisés en informatique. Le titre d’ingénieur est accrédité par la CTI. A partir de la 4ème année, les étudiants choisissent une dominante : Logiciels ou Réseaux & Télécoms.

Guid’Formation : Quels sont les profils de vos étudiants ?
M. S. : La majorité de nos étudiants entrent en 1ère année après le Bac, un Bac S pour la plupart. Nous avons aussi des bacheliers STI2D et STL. L’école est par ailleurs ouverte aux Bac+2 scientifique ou technique, l’admission étant possible en 3ème année.

Guid’Formation : Quels sont les objectifs professionnels des nouveaux étudiants, selon leur profil ?
M.S. : De nombreux bacheliers S visent au départ le management de projets informatique. Une grande partie d’entre eux évolue finalement vers l’ingénierie Systèmes ou les réseaux. D’autres s’orientent vers le développement informatique. Du fait de leur parcours, les STI2D, plus orientés vers l’informatique, ont une idée plus précise à l’entrée de l’école et visent directement le secteur. Pour les Bac+2, les études d’origine définissent la dominante. Par exemple, après un BTS Informatique, ces derniers s’orientent vers la dominante Logiciels.

Guid’Formation : Quels sont au final les principaux postes occupés par vos diplômés ?
M.S. : Nos étudiants deviennent en majorité ingénieurs Systèmes & Réseaux et ingénieurs Développement. Nous avons ensuite des étudiants qui évoluent vers la formation ou le conseil (avec de plus en plus de statuts d’auto-entrepreneur), des développeurs et des chefs de projets junior. Notons que 96% des étudiants sont en poste moins de 6 mois après leur départ.

Guid’Formation : Quelle est la particularité de votre pédagogie ?
M. S. : L’exia.CESI a développé une méthode d’apprentissage PBL (Problem-Based Learning) en partenariat avec l’UQAM (Université de Québec à Montréal). Nous n’avons pas de cours magistraux. Les étudiants travaillent en petits groupes de 12-14 personnes. Après réflexions sur les problématiques et conférences ciblées, chacun contribue à la résolution du problème. Par ailleurs, nos étudiants effectuent entre 18 et 21 mois de stages pendant leurs cinq années d’études.

Guid’Formation : Quels sont les partenaires de l’école ?
M.S. : Nous avons comme partenaire la chaire de CISCO, avec des projets de recherche en commun, CISCO nous apportant un programme de conférences. Nous avons aussi des partenariats avec des entreprises comme Legrand, Nokia, Microsoft qui se traduisent par l’écriture conjointe de projets et les soutenances. Nos partenaires apprécient le regard des étudiants sur les technologies et leur utilisation. Enfin, nous avons des partenaires académiques : accords avec des universités européennes, programme d’échanges pour un semestre d’études.

Guid’Formation : Vos étudiants doivent-ils partir à l’étranger ?
M.S : Oui, en 4ème année, ils ont une période de 4 à 6 mois obligatoire à l’international, en entreprise ou à l’université.

Guid’Formation : Influencez-vous l’orientation de vos étudiants vers tel ou tel domaine ?
M.S. Non. Nous souhaitons au contraire pour eux des expériences variées. C’est pourquoi nous les incitons à faire des stages dans des structures différentes, afin qu’ils découvrent plusieurs univers.

Guid’Formation : Comment suivez-vous l’évolution du secteur informatique afin de vous y adapter ?
M.S. Nous nous appuyons sur le processus CDIO (Conceive Design Implement Operate) à travers lequel plusieurs acteurs dialoguent sur ce qui fonctionne et ne fonctionne pas pour améliorer le projet. Nous aboutissons à un « référentiel » que nous remettons en cause tous les deux ans. Le programme de l’école est évalué par les entreprises, les étudiants diplômés et la direction de l’école selon les critères du marché. Parallèlement, je me rends dans nos 17 centres de formation (17 villes différentes) pour rencontrer les délégués des groupes d’étudiants et prendre en compte leur jugement. On s’aperçoit ainsi des décalages entre les niveaux technologiques peçus (étudiants, direction) et les niveaux réels.
 
Propos recueillis par Nathalia Kapferer