Puissance Alpha : un concours pour 16 écoles d'ingénieurs

Guid'Formation | 19.09.2017 à 17h38 Mis à jour le 20.09.2017 à 09h11
image

Bacheliers ou futurs bacheliers S, augmentez vos chances d’intégrer une grande école d’ingénieur ! Les concours « Puissance 11 » et concours « Alpha » fusionnent pour former le concours d’ingénieurs post-bac le plus large : « Puissance Alpha ».

Ce nouveau concours, qui réunit 16 grandes écoles, se positionne comme le premier en termes de candidats (entre 7 000 et 8 000 attendus), de places offertes (plus de 3 000) dans un grand choix de domaines, de nombre de campus (24) et de centres d’épreuves (40, dont 8 à l’étranger). Il s’affiche aussi comme le numéro 1 en termes de date puisqu’il aura lieu le 28 avril 2018 pour la prochaine rentrée.

Les 16 écoles : CPE Lyon, ESAIP Angers (Aix-en-Provence), ESCOM Compiègne, ESEO (Angers, Paris, Dijon), ESIEE Amiens, ESIEE Paris, HEI Lille, ISEN Ouest (Brest, Nantes, Rennes), ISEN Lille, ISEN Toulon, ISEP Paris, 3IL Limoges, EBI Cergy, EFREI Paris, ELISA AEROSPACE (Saint-Quentin, Bordeaux), ESIEA (Paris, Laval). Les écoles offrant le plus de places sont ESIEA, HEI et EFREI.

Le groupe UniLaSalle et l’ECAM pourraient les rejoindre l’année prochaine. A l’avenir le concours pourrait aussi concerner d’autres niveaux d’études.

L’union de ces écoles simplifie aussi les choix d’orientation et les démarches. « Puissance Alpha » offre la possibilité d’être candidat à 16 écoles de la catégorie « formations d’ingénieurs » sur APB, avec une seule candidature et une seule date d’épreuve. Le candidat peut ensuite faire plusieurs vœux d’écoles, en fonction notamment de ses préférences géographiques. Les frais d’inscription uniques s’élèveront à 120 euros et seront gratuits pour les boursiers.

Une application mobile gratuite (sur Play store ou Apple store) permettra aux intéressés de s’entraîner aux épreuves (notamment constituées de QCM) dès novembre 2017. Pour plus d’informations, un site web sortira aussi en novembre et les écoles proposeront des sessions de préparation gratuites sur une ou plusieurs journées.

La sélection comprendra l’étude de la lettre de motivation et du dossier scolaire. Les élèves de terminale, ou bacheliers depuis moins de 2 ans, ayant une moyenne générale de 14 ou 15, seront déclarés « grands classés » et dispensés d’épreuves écrites. Les autres candidats n’auront pas d’entretien oral mais 4 épreuves écrites : en Mathématiques, Physiques, Chimie-Biologie et une épreuve de rédaction de motivation et de personnalité de 45 minutes. Le concours prévoit aussi l’intégration de quelques étudiants d’autres filières (ES, STI2D, STL, STAV) par un autre biais et de diplômes étrangers. Pas de problème si vous êtes handicapé : un aménagement physique et de cursus est possible.

Si vous n’êtes pas satisfait de votre dossier scolaire, pas de panique ! Les écoles du concours ont une philosophie en commun. Avec une taille humaine, elles ne recherchent pas forcément les « meilleurs élèves » mais davantage à révéler des compétences avec un accompagnement de proximité. Amener leurs étudiants jusqu’au Bac +5 avec des compétences humaines, en plus de compétences scientifiques et économiques, et les aider à développer leur personnalité, telle est la valeur ajoutée que les établissements affichent. Concernant les compétences, elles se veulent « professionnelles » dans le sens de la pratique du « comment » en plus de l’acquisition des connaissances.

« Les étudiants que nous sélections depuis quelques années ont en général tout de même 14 de moyenne au baccalauréat, avec une amplitude de 11 à 18. Mais la proximité naturelle que nous avons avec eux dans nos établissements à taille humaine nous amène à mieux les connaître et les voir tous progresser », nous précise pour sa part Marc FAUDEIL, directeur général de l’ISEN Ouest.

Pour rappel, les frais de scolarité de ces écoles associatives privées, labellisées EESPIG pour la plupart, s’élèvent entre 6 000 et 9 000 euros pour 3 ans mais des conditions de prêts bancaires avec des partenaires sont prévues. De plus, certaines écoles proposent des cursus en alternance.

Un autre concours d’ingénieurs existe : le « Concours Avenir », qui regroupe 7 écoles.