L’entrepreneuriat étudiant

Guid'Formation | 10.04.2014 à 07h20 Mis à jour le 25.10.2014 à 00h03
image

Par opposition à la culture entrepreneuriale très ancrée dans les esprits américains, et ce, même chez les plus jeunes, les habitudes enseignantes françaises laissent beaucoup plus de place à l’illustration des performances personnelles qu’aux développements d’initiatives nouvelles.

C’est partant de ce constat qu’en avril dernier, le gouvernement a insisté sur l’importance du développement de l’esprit d’entreprise chez les étudiants et jeunes diplômés et a lancé une nouvelle politique d’aide. Retour sur les opportunités de création d’entreprise qui s’offrent aujourd’hui aux jeunes français…

Un accès à l’entrepreneuriat pour tous

Ces dernières années, des écoles et universités de plus en plus nombreuses ont créé des nouvelles offres de formation à l’entrepreneuriat et à l’innovation. Aidés par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, les établissements universitaires visent à terme une généralisation de ces formations dans toutes les filières et ce, dès la licence. Ainsi, la nomenclature adoptée pour ces formations devra, petit à petit, permettre le développement d’un grand nombre de mesures facilitant l’enseignement de l’esprit d’entreprendre :

- Augmenter la possibilité de réaliser des stages et doubler le nombre de formations en alternance pour familiariser très tôt les jeunes au milieu professionnel ;

- Développer la pluridisciplinarité pour susciter la créativité ;

- Augmenter les travaux coopératifs et les projets étudiants concrets ;

- Favoriser les lieux d’expérimentation et de créativité comme les « Fab lab » et autres incubateurs d’entreprises…

Si l’enseignement de l’entrepreneuriat a augmenté ces dernières années grâce à la création de nombreux pôles de l’entrepreneuriat étudiant (PEE) entre 2010 et 2013, la généralisation dans chaque région des Pôles Etudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE) - ayant pour fonction principale de sensibiliser et d’accompagner les étudiants dans la création et la réalisation de leurs projets d’entreprise - est encore en cours.

De leur côté, les écoles ne sont pas en reste : à chaque rentrée, elles sont de plus en plus nombreuses à offrir des cursus complets spécialisés dans ce domaine, afin d’offrir à leurs étudiants toutes les cartes en main pour cultiver de nouveaux projets professionnels d’entrepreneuriat.

Création d’un nouveau statut d’ « étudiant-entrepreneur »

Pour faciliter la création d’entreprise par les jeunes, le gouvernement a mis en œuvre plusieurs mesures pour faciliter financièrement et administrativement ces projets.

Offrant un cadre protecteur et incitatif, le statut d’étudiant-entrepreneur lancé à la rentrée 2014 permettra aux étudiants en cours de formation comme aux jeunes fraîchement diplômés de bénéficier de facilités dans leurs démarches.

Les PEPITES épauleront ainsi les futurs créateurs d’entreprise à rendre leur projet viable et/ou à obtenir l’une des nombreuses aides financières dispensées par le Ministère. Par exemple, le « Tremplin Entrepreneuriat Etudiant » lancé en 2014 décernera deux prix aux meilleurs projets développés : 10 000 euros pour la catégorie « Création-développement » et 5 000 euros pour la catégorie « Emergence ».

Un véritable atout pour le CV

Epaulés de la création d’un projet jusqu’à son lancement, les étudiants n’auront à terme pas uniquement obtenu la réalisation d’un projet personnel. En effet, cela octroiera aussi aux participants un véritable plus pour leur CV. Illustrant leurs capacités d’initiative et de management de projet ainsi que leur créativité, tous les étudiants pourront se doter d’un nouvel atout de poids sur leur CV.

De plus, un autre projet du Ministère sera d’accorder bien plus de place à ces accomplissements professionnels dans l’obtention même des diplômes universitaires. La participation à la création d’une entreprise pourrait à terme valoir l’accréditation d’un certain nombre d’ECTS, validant ainsi officiellement vos acquis aux yeux des professionnels mais aussi aux yeux des autres établissements d’enseignement supérieur, dans le cas d’une poursuite d’étude notamment.

Pour vous lancer dans l’aventure, renseignez-vous sur les PEE et PEPITE présents dans votre région ou sur les dispositifs propres à votre établissement.