Intégrer un BTS Tertiaire pour un bachelier Scientifique

Guid'Formation | 11.07.2016 à 14h57 Mis à jour le 11.07.2016 à 14h58
image

À première vue, on pourrait penser que les bacheliers scientifiques ne se destinent pas forcément à étudier au sein de la filière tertiaire. Cependant, ce n’est pas impossible pour les titulaires d’un Bac S d’intégrer un BTS de ce type.

Il convient tout de même de préciser qu’il est conseillé de posséder de solides bases et une aisance dans le travail pour s’engager dans une telle voie. En effet, la sélection dans ces filières se fait le plus souvent sur dossier et parfois même sur entretien.

Peu nombreux sont les scientifiques dans ces voies, mais si un bachelier S décide de tenter l’aventure des BTS Tertiaires c’est possible ! Après un Bac S, tout est possible.

Une offre portée sur le monde du commerce

Si la filière tertiaire est relativement large, Guid’Formation propose, aux bacheliers scientifiques,  un ciblage sur les 4 principaux BTS Tertiaires. Avec une forte tendance commerciale, il est préférable de posséder un certain intérêt pour le secteur.

BTS MUC : Management des Unités Commerciales

Afin qu’une unité commerciale n’ai plus de secret pour les étudiants, ce BTS forme en deux ans des professionnels du secteur capable de répondre aux comportements et aux attentes des consommateurs.

Si le bachelier scientifique peut se sentir perdu à l’intérieur de cette formation, il ne faut pas avoir d’inquiétudes. Les étudiants venant d’horizons différents, chacun sera au même niveau au bout de quelques semaines de cours. Il semble que notre scientifique sera dans son élément avec les chiffres et sera à l’aise dans des matières comme l’économie générale ou d’entreprise ou bien même l’informatique.

La partie management et gestion de la relation commerciale constitue un gros bloc d’enseignements. Le caractère de l’étudiant jouera beaucoup et un élève de « S » peut se retrouver en avance par rapport à un élève d’une autre filière.
Si ce BTS reste accessible en alternance dans certains établissements, le stage est obligatoire pour les élèves en formation initiale. De 12 à 14 semaines, il donnera une première expérience pour tous les amoureux du commerce.

Pour ceux qui souhaitent continuer leurs études, de nombreuses portes leur sont ouvertes grâce au côté relativement généraliste de la formation. Envie de se spécialiser en 1 an dans un domaine spécifique ? La licence pro est faite pour ça. Intégrer une école de commerce ? L’occasion de tenter les concours passerelles. Envie de tenter la formation comptable ? Rien de mieux qu’un DCG.
 
Pour les autres, ce BTS donne accès à des postes tels que :
  • Chargé des ventes ;
  • Conseiller Commercial ;
  • Manager de rayon ;
  • Directeur adjoint de magasin…

BTS NRC : Négociation et Relation Client

Pourquoi ne pas tenter cette formation si l’on a suivi un bac scientifique et que l’on sent que l’on possède la fibre commerciale ? Le BTS NRC possède des similitudes avec son cousin MUC. Cependant, il va plus loin dans le côté « prise en compte des attentes et des besoins du consommateur » là où le BTS MUC se concentre plus sur la performance de l’unité commerciale.

Le cycle de vie du client va de la prospection jusqu’à la fidélisation en passant par toutes les étapes intermédiaires. C’est ce processus que doit maitriser un bon diplômé pour réussir dans sa vie professionnelle.

Le programme prévoit la combinaison de deux types de matières :
  • Matières techniques et propres au domaine de la vente : gestion de clientèles, relation client, gestion de projet, management de l’équipe commerciale…
  • Matières plus généralistes : français, communication en langues étrangères, économie et droit.
 
Cela donne une double casquette à l’étudiant. Il est donc capable de maitriser les spécificités du domaine mais de faire face à toutes les éventualités.

Il est impératif que le bachelier scientifique ne se sente pas inférieur aux autres sections. De nombreuses choses vont dépendre de la personnalité et de la ténacité de l’étudiant plus que de la filière dont il provient.

Après un BTS NRC ? Même choix que pour le BTS MUC. Continuer ses études en licence pro métiers de la vente par exemple. Ou bien tenter d’intégrer une école de commerce pour les plis téméraires. Les personnes désireuses de faire des études courtes tenteront de décrocher un poste d’agent commercial, de chargé de clientèle, de commercial ou bien encore de promoteur des ventes.

BTS CI : Commerce International à référentiel commun européen

Commun à 9 pays européens, il forme les étudiants à évoluer dans le domaine commercial à une échelle va bien au-delà de nos frontières. Ils pourront travailler dans un service exports d’une entreprise par exemple. La mondialisation est en marche, cette formation est donc de plus en plus importante.

Il convient de maitriser tous les aspects du monde commercial mais transposé à l’échelle mondiale : avoir une bonne connaissance du marché extérieur, les connaissances aux niveaux économiques et juridiques de chaque pays, la logistique internationale… À terme, l’étudiant doit être capable d’analyser un marché, de trouver les solutions aux problèmes et surtout de développer l’activité de son entreprise dans un ou plusieurs pays étrangers.

Côté emploi du temps, on retrouve bien entendu une grande partie consacré aux enseignements internationaux. On retrouvera des matières avec des intitulés tels que : études et veille des marchés étrangers, Environnement économique et juridique, Langues vivantes, Gestion des opérations d’import-export…

À cela s’ajoute des matières servant à inculquer les acquis commerciaux indispensables : prospection et suivi de clientèle, informatique commerciale, négociation-vente.

Ce parcours requiert forcément un bon niveau en langue. Le bachelier scientifique qui a fait partie de la section européenne au lycée sera donc à l’aise dans ce cursus par exemple. Mais une section européenne n’est pas obligatoire. Il suffit d’avoir un bon niveau et une réelle envie d’évoluer dans un contexte international.

Les débouchés une fois diplômé ? La question que se pose chaque étudiant une fois le diplôme en poche… Poursuivre ou entrer sur le marché du travail ? Si notre bachelier scientifique souhaite s’arrêter à Bac +2, avec son diplôme en poche il pourra occuper des postes tels qu’assistant export, assistant commercial… Les perspectives d’évolution de carrière en interne sont importantes et il est donc tout à fait envisageable d’occuper un poste à responsabilité une fois que l’on a plus d’expérience.

Vous souhaitez continuer vos études ? Plus de 2000 licences professionnelles intègrent des diplômés CI pour leur offrir une spécialisation en un an. Certaines écoles de commerce étant spécialisées en commerce international, elles recrutent par le biais de concours internes des étudiants issus de BTS. C’est le cas de l’ESCI par exemple ou bien encore de l’ESGCI.

BTS CGO : Comptabilité et Gestion des Organisations

Si 5% des étudiants du BTS CGO sont des bacheliers scientifiques, c’est bien que cette filière leur est ouverte et qu’ils y ont tout à fait leur place. Le « S » qui jongle avec aisance avec les chiffres sera en adéquation avec les attentes de cette formation. Le côté rigoureux qu’impose de suivre une filière scientifique au lycée sera un atout pour l’étudiant. C’est l’une des clés de la réussite en BTS CGO.

Concrètement, le titulaire de ce BTS organise et réalise la gestion des obligations comptables, fiscales et sociales. C’est également lui le garant de la bonne communication des informations de gestion au sein d’une entreprise. Préparer et planifier les décisions ? C’est également lui.

Le temps de travail sera réparti entre du présentiel sur le lieu de la formation et 10 semaines de stages étalées sur les deux ans. Ce BTS est également accessible en alternance pour une professionnalisation plus rapide de l’étudiant.

Les cours ? 31 heures hebdomadaires et des matières telles que « Gestion comptable, fiscale et sociale » (8h) ou encore « Gestion financière, prévisions, analyse et contrôle de gestion » (3h). Il y a beaucoup de matières enseignées dans ce cursus et il est donc important d’être rigoureux et organisé pour suivre le rythme imposé. On retrouve également des matières plus classiques qui sont nécessaires pour obtenir une formation complète et de qualité : économie, mathématiques, droit, français, langues… Une mise à niveau est même proposée pour nos bacheliers scientifiques pour qu’ils ne se sentent pas perdus ou distancés !

Et une fois que votre nom figure sur la liste des admis et que vous obtenez votre diplôme ? Il y a donc ces deux fameux choix qui s’offrent :
  • Continuer ses études : la voie la plus empruntée après ce cursus est sans aucun doute le DCG (Diplôme de Comptabilité et Gestion). Ne pas négliger également le DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion). Ils sont obligatoires pour prétendre, à terme, aux postes de chef comptable, de contrôleur de gestion et d’expert-comptable. Pensez également à certaines écoles de commerce, ou des licences de comptabilité…
  • Arrêter et s’insérer sur le marché du travail : notre ancien bachelier scientifique débutera sûrement alors en tant qu’assistant-comptable au sein d’un cabinet ou bien dans une entreprise. La prise de responsabilité dans le milieu professionnel ira de pair avec les années d’expérience.